En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers, afin d'assurer le bon fonctionnement de notre site Internet. OK, tout accepter Personnaliser
  
  
S'incrire            Mot de passe oublié

Impact+ carré

E-Cosmeto Veille

Agenda des évènements

formulaire Adhésion

Contacter un fournisseur

Annuaire des membres OK

Innover en cosmétique

Inscription newsletter

Offres d’emploi

Cosmetic 360

Annuaire formations 2018


Accueil > Actualité > Vie du pole

Vie du pole Orléans : Alain Tricot, producteur de pivoine

https://www.cosmetic-valley.com//media/actualites/flFl_Image_81.jpg

Orléans : Alain Tricot, producteur de pivoine

Publié le : 28-04-2011


Souvent confondue à tors avec la rose, l'emblème de la Cosmetic Valley est en réalité une pivoine.

Présent au coeur du territoire de la Cosmetic Valley, L'Orléanais Tricot habille la France avec sa collection de pivoines.

Dans le secteur des Montées, 75.000 pivoines arborent actuellement leur séduisante parure. Le pépiniériste passionné fournit collectionneurs et professionnels de la France entière. Il s'ouvre à la vente au détail.

Toute habillée de jaune et de rose, « Jeanne d'Arc » cohabite, sur fond de cathédrale d'Orléans, avec « Noémie de mai », aussi précoce qu'odorante. A deux pas, « Corel Cham », très orangée, ondule sous l'effet d'une légère brise, tout comme « Scarlett O'Hara », sa voisine. Autant de charme à travers les appellations de 75.000 superbes pivoines, cultivées en pleine terre, non loin du stade des Montées. Cinq hectares fleuris, soit 250 variétés, ce qui en fait la deuxième collection nationale.

Nous sommes ici sur l'exploitation d'Alain Tricot, 55 ans, passionné depuis toujours par la pivoine qu'il s'emploie à multiplier. De son propre aveu, « c'est un travail de longue haleine puisque trois ans sont nécessaires pour que le pied souche puisse fournir deux, voire quatre ou cinq autres pieds ». Pivoines japonaises, à fleurs simples, ou pivoines de Chine, à fleurs doubles, toutes croissent à souhait dans le terrain limoneux argileux de l'ancien lit de la Loire.

Vente au détail : visiter le site Internet d'Alain Tricot

De là, des variétés spécifiques à la fleur coupée repartent notamment vers Hyères (Var), alors que des collectionneurs, mais aussi des paysagistes et pépiniéristes de la France entière, sollicitent L'Orléanais « pure souche ». Ce dernier entend promouvoir plus encore sa pivoine chérie. D'ailleurs, il l'a proposée ces dernières semaines (moyennant 15 à 22 euros) sur diverses fêtes des plantes, tant à La Ferté-Saint-Aubin qu'à Villemandeur, au domaine des Barres à Nogent-sur-Vernisson, à l'arboretum de la Sedelle à Crozant (Creuse), comme dans l'un des plus beaux villages de France, à Apremont-sur-Allier (Cher).

Ceci traduit sa volonté de développer désormais la vente au détail. Il vend ses pivoines en conteneur, de mars à mai, et en racines nues, de septembre à mi-février. Alain Tricot, qui bénéficie depuis trois ans de l'appui de son fils Adrien, va dédier dès l'été un site Internet à sa fleur fétiche. « Quelque peu oubliée, elle revient vraiment à la mode. Elle a le mérite de ne pas demander d'entretien particulier, de se conserver vingt à trente ans. Pour qui fait un parterre de pivoines, en jouant sur les variétés précoces, de mi-saison et traditionnelles, peut disposer d'un superbe massif fleuri, du 8 mai au 15 juin »





Cosmectic Valley version mobile

news

news


BW Confidential